Le CNDH… consolidation des acquis

Le CNDH… consolidation des acquis

L’intervention de Mohamed Ahouit, membre du Groupe socialiste, qui est intervenu lors de la séance plénière au nom de la majorité,  a porté sur le projet de la loi 22.16 relative à l’organisation des produits explosifs à usage civil, des artifices de divertissement et des matériels contenant des substances pyrotechniques. Il a, dans ce contexte, indiqué que les groupes et les formations de la majorité soulignent l’intérêt crucial de ce texte législatif relatif à la vie sociétale, ajoutant que cette importance nécessite de prendre très au sérieux un domaine aussi crucial, à travers le suivi de toutes les phases de production, de l’importation ou de l’exportation de ces produits, et même de leurs stockage et transport ou encore leur distribution et leur utilisation.
Le député usfpéiste a également indiqué que la majorité a apprécié positivement ce projet vu la gravité du domaine, notamment l’utilisation de ces produits dans les secteurs stratégiques, sans oublier le danger qui entoure ce sujet, dans le contexte sécuritaire national et international pour la protection des personnes et leurs biens.

Amina Talbi : Le CNDH constitue un outil à même de mettre le Maroc sur la voie démocratique

Pour sa part, et intervenant au nom du Groupe socialiste lors de la séance plénière réservée à la discussion de la loi portant réorganisation du Conseil national des droits de l’Homme, la députée Amina Talbi a indiqué qu’il ne s’agit pas simplement d’une institution constitutionnelle, mais surtout d’un outil à même de mettre le Maroc sur la voie démocratique et partant du non-retour aux « années de plomb ». Elle s’est arrêtée, à cet effet, sur les retombées positives de la réconciliation du Maroc avec son passé, et son orientation vers le parachèvement du projet démocratique.
Remontant à l’époque du gouvernement d’alternance, Mme Talbi a passé en revue le concept de la nouvelle ère et le rôle de Abderrahman El Youssoufi et son gouvernement dans la mise en place d’initiatives fondatrices dans ce sens, telles que l’Instance d’arbitrage indépendante pour le dédommagement, ainsi que la création de l’Instance équité et réconciliation (IER) pour mettre fin à ce dossier. Elle a, dans ce contexte, parcouru l’histoire de l’ancien CCDH, ainsi que son caractère consultatif et sa dépendance, pour arriver au CNDH, fondé conformément aux conventions de Paris, stipulant le caractère d’indépendance, ce qui rassure quant à la consolidation des acquis et des réalisations en matière des droits humains.
“Pour cela, nous estimons au sein du Groupe socialiste, précise la député usfpéiste, que la mise en place de trois mécanismes au CNDH concernant la torture, l’enfance et les personnes en situation de handicap revêt un intérêt primordial et aura, certainement, le plus grand impact à même de consacrer la place qu’occupe cette institution, après cette longue expérience”.

Partager cet article