Déclaration de l’Alliance Progressiste pour lutter contre les conséquences de Covid-19

Déclaration de l’Alliance Progressiste pour lutter contre les conséquences de Covid-19

L’Alliance progressiste est un réseau mondial de partis progressistes, sociaux-démocrates et socialistes. L’USFP en est un membre fondateur et il y est représenté par Mr Habib Elmalki et Mme Fatiha Seddas. Dans le cadre de ses travaux et dans la continuité de ses efforts pour la promotion des valeurs de solidarité, de justice et de liberté, l’Alliance et après concertation de son comité de pilotage a publié une déclaration relative à la pandémie du COVID-19. C’est un cri d’alarme pour lutter contre les conséquences du COVID-19 et un appel à « une solidarité sans frontières face à des défis sans frontières ». Ci-dessous l’intégralité du texte de la déclaration.

Les défis sans frontières exigent une solidarité sans frontières

La pandémie de Covid-19 est devenue un fléau pour l’humanité. Des centaines de milliers de personnes l’ont déjà contractée et plusieurs milliers en sont mortes et en mourreront. Le virus provoque d’énormes souffrances, crée une insécurité individuelle et collective dans le monde entier en menaçant les populations au-delà des frontières et en déstabilisant des pays et des régions entières.

Les conséquences fatales de cette pandémie touchent particulièrement les personnes les plus démunies, qui souffrent déjà̀ de la faim, de la guerre ou de l’expulsion et qui ne peuvent attendre de leurs gouvernements et autorités publiques ni soutien financier ni protection médicale. Ce sont les femmes qui sont encore le plus exposées.

Le Covids-19 est un énorme défi pour tous. Les systèmes médicaux et de soins de santé ainsi que les systèmes économiques atteignent leurs limites de stress. Des réponses progressives à ces défis sont nécessaires – aujourd’hui et pour la période qui suivra.

Les sociaux-démocrates, les socialistes et les progressistes sont en première ligne pour combattre les effets sanitaires, sociaux et économiques de cette crise sans précédent. Ce dont nous avons besoin, c’est de la cohésion sociale et de la solidarité, au niveau national et mondial !

Au cours des prochaines semaines, les bases d’un nouvel ordre mondial seront jetées. Les progressistes doivent faire entendre leur voix dès maintenant afin d’avoir leur mot à dire et impacter son élaboration. Le transfert du contrôle des services publics vitaux au seul marché privé n’est pas la bonne voie. Nous pouvons maintenant voir clairement que la sécurité sociale et les soins de santé ne sont pas des coûts à réduire, mais des piliers essentiels du bon fonctionnement des sociétés qui ont besoin d’investissements durables.

L’ignorance et l’arrogance des nationalistes et des populistes divisent les sociétés et nous mettent tous en danger. Leur voie est mauvaise et met en danger des vies humaines – c’est aujourd’hui plus évident que jamais – en l’absence de toute référence éthique ou humaniste et en sapant nos démocraties.

Dès à présent, la lutte pour savoir qui devra supporter les coûts des plans de sauvetage nécessaires a commencé. À la différence de la réponse à la crise financière de 2008, nos démocraties, nos sociétés, nos économies et tout simplement la planète ne peuvent se permettre une nouvelle décennie d’austérité ou de marchés incontrôlés.

La solidarité signifie que les forts utilisent leur force pour soutenir les faibles. La réponse à cette crise est la solidarité mondiale. Nous, les partis et organisations de l’Alliance progressiste, exigeons et proposons donc un programme mondial immédiat et audacieux basé sur le multilatérarisme :

Nous appelons à des mesures aiguës :

  • Un cessez-le-feu humanitaire mondial, comme l’a demandé de toute urgence le Secrétaire général des Nations Unies, afin de créer l’espace nécessaire pour faire face à la pandémie COVID-19, et ceci même dans les zones de guerre et de crise – ainsi que la fin immédiate des embargos à motivation politique pour permettre l’accès à la nourriture et aux bien médicaux. Il s’agit maintenant de sauver des vies et d’atténuer la propagation du virus.
  • La coopération et la coordination mondiales sont la condition préalable à une lutte efficace contre les effets causés par COVID-19. Nous demandons à tous les gouvernements d’appliquer sans délai les récommandations de l’OMS. Ceux qui s’isolent et ne soutiennent pas les autres avec toutes leurs possibilités font preuve d’un manque de solidarité et sont responsables d’une catastrophe majeure. Les politiciens, les instituts de recherche et les entreprises ont besoin d’un soutien mutuel à l’échelle mondiale pour aider les États et les populations des zones vulnérables à travers les frontières dans leur recherche de solutions politiques et médicales.
  • Un soutien médical immédiat dans les camps de réfugiés en prévision de la propagation de la maladie virale: les réfugiés et les personnes déplacées sont les plus vulnérables et ne doivent pas être oubliés. Les institutions internationales et les États doivent poursuivre et même accroître leur aide et leur coopération au développement.

À moyen terme, nous appelons :

  • La création d’un fonds international par les Nations Unies pour soutenir le traitement des patients atteints de coronavirus dans le monde entier et pour s’attaquer aux conséquences à long terme. Ce fonds doit permettre non seulement des mesures aiguës, mais aussi des investissements d’intérêt général orientés vers l’avenir. Nous appelons à une intensification de la coopération au développement car nous devons assumer ensemble les coûts de la pandémie. En effet, l’impact et les coûts de la crise du corona seront énormes et surchargeront de nombreux États, les précipitant dans une grave crise financière et économique.
  • Le G20 doit travailler en étroite collaboration avec les Nations unies pour coordonner les politiques fiscales et monétaires, ainsi que la reprise des échanges commerciaux et les programmes d’aide communs visant et permettant de financer sur le plan mondial les défis globaux communs. Une politique nationale de crise est nécessaire et justifiée, mais les pays pauvres et faibles ne peuvent être laissés seuls face à la situation. Les pays du G20 et d’autres économies fortes sont tenus de s’engager.
  • Pour prévenir le risque d’une nouvelle crise de la dette, pour coordonner et combattre efficacement l’évasion fiscale afin de créer une nouvelle marge de manœuvre et un nouvel espace fiscal. Des stratégies ciblées d’allègement de la dette et des procédures d’insolvabilité étatiques ordonnées pourraient permettre de sortir de la bulle de la dette.
  • Considérer l’investissement dans les services de santé et de soins comme un investissement essentiel dans l’intérêt général. La crise de Covid19 n’est pas seulement une crise sociale. Les systèmes de santé au niveau national et mondial atteignent leur limite de stress ou l’ont déjà dépassée. Si une preuve était nécessaire, la pandémie montre clairement que le mantra néolibéral consistant à maximiser les profits au détriment des services sanitaires, sociaux et publics a conduit à cette crisis et affaiblit la capacité de réaction des États et laisse les populations sans aucun accès à l’aide médicale.
  • Convenir à court terme d’un contrôle des prix pour les biens médicaux importants, convenir d’une coopération internationale en matière de recherche sur les vaccins et de tests cliniques, du démantèlement de la protection des brevets, de l’aide aux pays les plus touchés pour stabiliser leurs systèmes de santé et de la sécurisation des chaînes d’approvisionnement en biens médicaux.
  • Revoir les réformes néolibérales des biens et services communs qui ont échoué. Nous avons besoin de planchers de protection sociale dans tous les pays, comme le demande l’OIT, nous proposons instamment la communalisation des systèmes de santé publique ainsi qu’un investissement social durable.
  • Aux gouvernements des États-nations d’augmenter de manière significative les salaires minimum et minimum vital respectifs dans le secteur de la santé, des soins et des services. Les pressions sur les coûts répercutées au cours des dernières décennies avaient pour conséquence que les travailleurs qui assurent aujourd’hui nos soins et services de santé sont à la fin de l‘échelle salariale et ne sont pas suffisamment ni protégés ni équipés contre le virus qu’ils combattent aujourd’hui.
  • Pour un accord international sur les programmes d’investissement durable dans les infrastructures sociales. Contrairement à ce qui s’est passé après la crise financière, il est important que les nouvelles liquidités sur les marchés des capitaux soient investies dans des investissements durables réels et socialement significatifs, par exemple des infrastructures sociales, des paquets d’accords verts et semblable, dans l’intérêt général et afin de promouvoir la transition socio-écologique autour de l’agenda 2030.
  • Pour un multilatéralisme redéveloppé où les Progressistes sont à la pointe des politiques alternatives et de la promotion de l’intérêt public. Nous appelons à renforcer le multilatéralisme et à donner aux institutions internationales un plus grand pouvoir de décision. Les bases juridiques et financières doivent maintenant être élargies. Ce virus ne reconnaît pas les frontières. Alors que la liste des défis que nous ne pouvons relever qu’au niveau mondial et collectif s’allonge, le multilatéralisme est en déclin. De nombreuses institutions internationales, telles que les Nations Unies et l’OMC, sont aujourd’hui sous- financées et en crise, incapables de remplir le rôle qui leur est dévolu en matière de gouvernance mondiale.

En temps de crise, plus que jamais : une bonne gouvernance légitimée démocratiquement est nécessaire.

La progression largement incontrôlée de cette pandémie sans précédent est actuellement utilisée par des régimes autoritaires et non démocratiques pour réduire encore plus l’espace démocratique et civique, les droits fondamentaux et les institutions démocratiques.

Les sociaux-démocrates, les socialistes et les progressistes doivent se coordonner au sein des institutions régionales et internationales pour s’assurer que ces tentatives ne restent pas sans conséquences. Un soutien à la société civile progressiste et démocratique est nécessaire.

  • Nous nous engageons à défendre l’État de droit démocratique, les droits fondamentaux individuels et collectifs et les libertés civiles ;
  • Nous encourageons le renforcement de la solidarité au niveau national et mondial ;
  • Nous défendons et promouvons la transparence et la participation démocratique à la bonne gouvernance ;
  • Nous nous opposons à toute tentative de stigmatisation des réfugiés ou des minorités ;

La lutte contre les effets de la crise de Covid-19 nécessite un contrôle et une gouvernance démocratiques par le biais des parlements, y compris l’utilisation de nouvelles formes de communication afin de garantir un espace de débat politique sur les choix de politiques, de programmes et de projets.

Le virus ne connaît pas de frontières. La réponse au virus ne connaît pas non plus de frontières !

En tant que sociaux-démocrates, socialistes et progressistes, nous nous engageons pour une meilleure coordination, des approches communes et nous établissons un nouveau paradigme progressiste mondial grâce à notre réseau mondial : Alliance progressiste.

https://alliance-progressiste.info/2020/04/09/declaration-de-lalliance-progresisste-pour-lutter-contre-les-consequences-de-covid-19/#people-anchor 

Partager cet article