Driss Lachguar : Carol Moseley Braun incarne une histoire commune de lutte pour la démocratie, la paix et l’équité sociale

Driss Lachguar : Carol Moseley Braun incarne une histoire commune de lutte pour la démocratie, la paix et l’équité sociale

L’ USFP veut «réinventer» ses relations avec le Parti démocrate américain et «renforcer» ses liens outre-Atlantique. Pour donner un nouvel élan à ces relations, il n’y a pas mieux que Carol Moseley Braun, première femme afro-américaine à être élue au Sénat des Etats-Unis, qui effectue actuellement une visite au Maroc sur invitation de l’USFP. «Le lot de principes et de valeurs que nous partageons avec le Parti démocrate américain est très important : égalité des genres, équité sociale, paix, progrès… L’ensemble de ces éléments ont milité en faveur de l’invitation de Carol Moseley Braun qui est une grande figure de l’élite politique démocrate et qui entretient des liens étroits avec toute la famille Biden. Et pas seulement. Elle entretient également de bonnes relations avec les étoiles montantes du parti démocrate, notamment les afro-américaines dont Kamala Harris qui est déjà vice-présidente et Linda Thomas-Greenfield, ambassadrice américaine auprès des Nations unies », nous a déclaré Khaoula Lachguar, membre du Conseil national du parti en marge de la conférence de presse qui a eu lieu mardi à Rabat. Et d’ajouter : « Ceci d’autant plus que l’USFP et le Parti démocrate sont membres de l’Alliance progressiste et le Parti démocrate est également membre observateur de l’Internationale socialiste. L’ensemble de ces éléments additionnés à son combat en faveur des droits des femmes, de l’équité sociale et des valeurs de progrès, nous ont encouragés à inviter Carol Moseley Braun pour qu’elle ait une grande connaissance du Maroc et de son développement, de la question nationale, de notre lutte pour l’intégrité de notre territoire et qu’elle soit une porte-parole auprès des démocrates et de l’administration Biden ». Pour notre interlocutrice, l’administration américaine est aujourd’hui occupée parles démocrates et l’USFP a la ferme volonté de renforcer ses liens avec cette administration,«même s’ils n’ont jamais été rompus, précise-t-elle. Pendant l’administration Trump, nous avions eu régulièrement des ateliers de travail et des formations conjointes. Nous avions également été invités et impliqués dans la campagne de Joe Biden et Kamala Harris. L’étape actuelle est pour nous celle du renforcement de nos relations puisque les démocrates sont aujourd’hui aux commandes», a-t-elle indiqué.


De son côté,Driss Lachguar, Premier secrétaire du parti de la Rose, a estimé que cette visite intervient dans des contextes particuliers. Il y a d’abord celui de la lutte contre la pandémie de Covid-19 qui exige un effort collectif mondial. Vient ensuite celui des conflits et des guerres qui touchent plusieurs pays notamment au Moyen-Orient. Et enfin, celui relatif à notre pays qui est en train de débattre de son nouveau modèle de développement. Pour le Premier secrétaire, la personne de Carol Moseley Braun incarne une histoire commune de lutte pour la démocratie, la paix et l’équité sociale notamment en ce qui concerne les femmes en quête de parité et les jeunes à la recherche d’emploi. A ce propos, il a réaffirmé l’attachement de l’USFP à la paix au Moyen-Orient et son intention de jouer un rôle majeur dans le processus de paix ainsi que sa volonté d’édifier une nouvelle vision du monde dans le cadre de son action au sein de l’Alliance progressiste.En effet, l’USFP a toujours défendu et promu les valeurs humanistes et encouragé la mise en place d’un régime international garantissant l’Etat de droit, la démocratie et le développement économique et social. A ce propos, le parti de la Rose a cherché depuis des années à créer des alliances politiques à l’écoute de l’actualité internationale et sensibilisé aux courants de pensées, aux débats et transformations sociales qui marquent les évolutions sur les différents continents.


Pour sa part, Carol Moseley Braun a précisé que sa visite au Maroc s’inscrit dans un cadre purement personnel.«Nous partageons les mêmes valeurs. Nous croyons à la paix, au progrès et à la démocratie. Chacun d’entre nous a une voix à exprimer et il faut faire le nécessaire pour défendre nos valeurs et nos principes afin de faire progresser nos relations», a-t-elle déclaré. Et de poursuivre : « Ces valeurs et principes sont aujourd’hui de nouveau possibles avec le nouveau mandat de Biden qui a toujours été fidèle à ses positions concernant les droits de l’Homme et la démocratie». «Et je ne crois pas qu’il remettra en cause ces principes», a-t-elle conclu.

Hassan Bentaleb et Mehdi Oussat

Partager cet article