Driss Lachguar lors du Forum national du secteur de l’enseignement ittihadi

Driss Lachguar lors du Forum national du secteur de l’enseignement ittihadi

L’éducation et la formation sont prioritaires pour l’édification d’un Maroc moderne

Formation d’un secrétariat provisoire présidé par Sadek Reghioui en vue de préparer le prochain congrès du secteur

Après la réunion du secteur des avocats ittihadis, celle de la Chabiba ittihadia et bien d’autres, le secteur de l’enseignement ittihadi a tenu dimanche dernier une réunion sous la présidence du Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, et en présence notamment de deux membres du Bureau politique, à savoir Abdelhamid Fatihi et Saadia Bensahli.
D’emblée, le Premier secrétaire a annoncé la couleur en affirmant que la question de l’éducation et de l’enseignement constitue depuis toujours, pour l’USFP, une priorité pour l’édification d’un Maroc moderne à tous les niveaux, politique, économique et social.
Dans son allocution prononcée au début de cette réunion tenue au siège central du parti à Rabat et coïncidant avec la Journée mondiale de l’enseignant, il a précisé que le secteur de l’enseignement a joué un rôle important dans l’histoire du parti de la Rose, tout en rappelant « les énormes sacrifices que les enseignants ittihadis avaient consentis pour rehausser l’école publique et en faveur du développement du pays ». Il n’était pas étonnant, selon le dirigeant socialiste, que la plupart de ceux qui ont été expulsés de l’enseignement ou détenus lors de la grève historique dans ce secteur en 1979 étaient des enseignants ittihadis.
Par la suite, le Premier secrétaire a mis l’accent sur la dynamique que connaît le parti de la Rose ces derniers mois visant à reconstruire le parti premièrement par la réconciliation entre tous les Ittihadis et deuxièmement par l’ouverture sur les nouvelles générations et les compétences dont regorge la société marocaine.
Pour rappel, Driss Lachguar avait lancé lors d’une conférence de presse tenue le 6 septembre dernier l’appel ittihadi «Ouverture et réconciliation » dans le cadre des préparatifs de l’USFP pour la commémoration du 60ème anniversaire de sa création. Lors de cette conférence, le dirigeant ittihadi avait souligné qu’«il est grand temps que la famille ittihadie s’unisse de nouveau », tout en mettant l’accent sur la nécessité de s’ouvrir sur l’ensemble des compétences et cadres intègres imprégnés des idées progressistes.
Driss Lachguar a, par ailleurs, rappelé devant les enseignants ittihadis les acquis et les réalisations qui ont été concrétisés par le gouvernement de l’Alternance sous la présidence d’Abderrahmane El Youssoufi, soulignant que paradoxalement le parti a payé chèrement le prix de la transition.
L’histoire a donné raison au parti de la Rose quand celui-ci avait critiqué  la création d’un nouveau parti en 2007, car l’idée erronée qui circulait à cette époque était que l’USFP était tombé en décrépitude et, partant, il est incapable de jouer le rôle qui lui échoit.
L’histoire, selon Driss Lachguar, a également donné raison à l’USFP quand celui-ci a critiqué en 2016 la polarité artificielle qu’on voulait imposer dans le champ politique marocain, laquelle a causé un grand préjudice au Maroc. « Nous avons appelé à cette époque à un multipartisme équilibré », a martelé le Premier secrétaire de l’USFP.
Le dirigeant ittihadi a, par ailleurs, appelé le secteur de l’enseignement ittihadi à prendre part à cette nouvelle dynamique lancée par l’USFP en scellant la réconciliation en son sein et en s’ouvrant sur d’autres compétences.
L’allocution du secrétaire général du SNE (FDT), Sadek Reghioui, a été sur la même longueur d’onde.
Il a, en effet, souligné que le secteur de l’enseignement ittihadi, qui a tant lutté pour faire valoir les droits des enseignants et défendre l’école publique, est capable aujourd’hui de relever tous les défis, de réaliser le pari de réconciliation et d’ouverture et, partant, de revigorer le parti.
Lors de cette réunion, un secrétariat provisoire du secteur de l’enseignement ittihadi a été créé pour préparer le prochain congrès de ce secteur. Et c’est Sadek Reghioui qui a été choisi en tant que coordinateur dudit secrétariat.
« Le congrès du secteur de l’enseignement se tiendra au plus tard dans trois mois », nous a affirmé Sadek Reghioui.
Mourad Tabet

Partager cet article