Habib El Malki : Le Maroc a beaucoup à apprendre de la Thaïlande

Habib El Malki : Le Maroc a beaucoup à apprendre de la Thaïlande

De grandes opportunités de coopération et d’échanges existent entre Rabat et Bangkok

Grâce à sa position stratégique et ses atouts économiques, le Maroc dispose d’un énorme potentiel de coopération avec les pays de l’association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN, 10 pays), une région en forte croissance et en devenir, a affirmé, jeudi à Bangkok, Habib El Malki, président de la Chambre des représentants. 
Dans un entretien accordé à la MAP au terme de sa participation à la 40e assemblée générale de l’Assemblée interparlementaire de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (AIPA) qui s’est déroulée à Bangkok, Habib El Malki a souligné que la participation du Maroc à ce conclave des assemblées législatives de l’ASEAN intervient dans le cadre de l’intérêt du Maroc pour l’Asie en général et pour l’Asie du Sud-Est en particulier. 
L’Asie est en train de devenir le centre de gravité du monde sur les plans géopolitique, géoéconomique et financier, a-t-il dit, ajoutant que cette partie du monde va peser lourd dans les relations internationales de demain, d’où le souhait du Maroc d’établir des relations effectives et institutionnalisées avec les pays de l’Asie du Sud-Est. 
Revenant sur le bilan de la participation du Maroc à l’assemblée générale de l’AIPA, Habib El Malki a parlé de «mission réussie» puisqu’elle a permis de nombreuses rencontres bilatérales avec des présidents des assemblées nationales des pays membres et de hauts responsables du gouvernement thaïlandais, précisant que les échanges ont porté sur les différents moyens de renforcer la coopération et d’explorer les opportunités.
«Au niveau politique et parlementaire, nous avons constaté le potentiel de coopération tant les grands défis sont communs, comme les changements climatiques, la migration, la promotion de la paix, la pollution des mers et des océans. C’est ainsi qu’à cette occasion, nous avons demandé officiellement le statut d’observateur auprès de l’AIPA», a-t-il dit. 
Au niveau bilatéral avec la Thaïlande, les entretiens avec les présidents du Parlement et du Sénat et de hauts responsables du gouvernement, dont le Premier ministre, Prayut Chan-o-cha, ont été particulièrement intéressants compte tenu de la volonté commune d’aller de l’avant dans une coopération multiformes à la faveur des grandes similitudes politiques et économiques entre les deux Royaumes, a-t-il ajouté. 
«Il s’agit de  deux monarchies garantes de la stabilité et de la prospérité de leurs deux Royaumes, d’conomies aux grandes similitudes avec un remarquable dynamisme et de moteurs de croissance identiques, notamment l’agriculture, la pêche, le tourisme, les nouveaux métiers (automobile et aéronautique) et les nouvelles technologies, a-t-il relevé. 
Il y a un important potentiel de coopération et d’échanges vu que le Maroc est un grand producteur de fertilisants qui peut satisfaire aux besoins de la Thaïlande dans le domaine agricole en termes de performances et de productivité, a-t-il souligné. Le Maroc a beaucoup à apprendre de la Thaïlande, qui accueille 40 millions de touristes chaque année, en termes d’expertise et de savoir faire, a-t-il souligné. 
«Durant ces rencontres, l’on a convenu que le Maroc peut devenir la porte de l’Afrique et de l’Europe et que la Thaïlande est une passerelle vers la région de l’Asie du Sud-Est. Les grandes distances ne doivent pas décourager, compte tenu du développement des nouvelles technologies de l’information et de la densité des liaisons maritimes et aériennes», a dit Habib El Malki. 
Les échanges avec la partie thaïlandaise ont également porté sur la coopération dans le domaine de l’éducation et de la formation, la gestion du champ religieux à travers l’Institut Mohammed VI de formation des imams, a-t-il noté, précisant qu’un premier groupe d’imams thaïlandais va entamer cette année une formation dans cet établissement. 
En marge de la 40e assemblée générale de l’AIPA, Habib El Malki a effectué une série de rencontres avec ses homologues des pays membres de l’ASEAN et de hauts responsables thaïlandais, dont le Premier ministre M. Prayut Chan-o-cha. 
Plusieurs interlocuteurs ont affiché leur soutien à la demande du Maroc d’obtenir le statut d’observateur auprès de l’AIPA et  le Premier ministre thaïlandais a officiellement annoncé le soutien de son pays à la candidature du Maroc au statut de Partenaire de dialogue sectoriel (SDP) auprès de l’ASEAN.  
Créée en 1967, l’ASEAN regroupe l’Indonésie, la Malaisie, Singapour, la Thaïlande, les Philippines, le Brunei, le Vietnam, le Laos, la Birmanie et le Cambodge. Elle est le cinquième bloc économique mondial, derrière l’Union européenne, les Etats-Unis, la Chine et le Japon. Ce groupement régional représente 9% de la population mondiale, soit près de 650 millions d’habitants.  
L’Assemblée interparlementaire de l’ASEAN (AIPA) a été créée en 1977. Elle compte dix pays membres  

Partager cet article