L’égalité des sexes, une priorité pour la réforme de l’administration

L’égalité des sexes, une priorité pour la réforme de l’administration

Réunion des membres du Réseau de concertation interministérielle d’institutionnalisation de l’égalité des sexes dans la Fonction publique

L’instionnalisation de l’égalité entre les sexes constitue l’une des priorités de la réforme de l’administration et de la Fonction publique, a indiqué le ministre délégué chargé de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique, Mohamed Ben Abdelkader.
Lors d’une rencontre de coordination avec les membres du Réseau de concertation interministérielle d’institutionnalisation de l’égalité des sexes dans la Fonction publique, il a souligné que le ministère accorde une importance particulière à l’institutionnalisation de l’égalité des sexes au sein de la Fonction publique, à travers le développement des outils institutionnels, qui permettent aux femmes l’accès aux postes de décision et l’adoption des mesures visant à concilier vie professionnelle et vie privée.
Mohamed Ben Abdelkader a fait savoir que le but principal derrière la mise en place et l’adoption de ces différents mécanismes se concrétise à travers une représentativité équitable entre femmes et hommes dans la Fonction publique, un diagnostic des entraves qui empêchent l’accès des femmes aux postes de responsabilité d’une manière équitable et l’encouragement et la généralisation des bonnes pratiques pour l’égalité dans la Fonction publique.
Il a, dans ce sens, mis l’accent sur l’intérêt accordé aux femmes par les différents ministères et administrations publiques, conformément aux dispositions constitutionnelles, qui s’inscrit dans la continuité des acquis réalisés par la femme marocaine ces dernières années.
Pour sa part, la ministre de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social, Bassima El Hakkaoui a indiqué que la Constitution de 2011 a consacré le principe d’égalité et de parité entre les sexes, notant que les chiffres restent loin de la concrétisation de ce principe constitutionnel, étant donné que la représentativité des femmes dans la Fonction publique est de 35,5%, tandis que le taux au niveau des postes de responsabilité et de décision est estimé à 21,8%.
Elle a également souligné la nécessité de l’institutionnalisation de l’égalité des sexes dans la Fonction publique, principalement en termes d’accès des femmes aux postes de responsabilité et instances de prise de décision, appelant les différentes parties concernées à œuvrer pour atteindre l’égalité effective entre les sexes dans la Fonction publique.
Cette rencontre, à laquelle a pris part la représentante du Bureau multi-pays de l’ONU Femmes pour le Maghreb, Leila Rhiwi, vise la consolidation du rôle du réseau de concertation interministérielle d’institutionnalisation de l’égalité des sexes dans la Fonction publique.
A noter qu’une stratégie d’institutionnalisation du genre dans la Fonction publique a été mise en place en coopération avec l’ONU Femmes, qui va permettre la mise en place d’une feuille de route pour la mise en œuvre des différentes mesures institutionnelles visant à promouvoir la condition de la femme dans la Fonction publique et à œuvrer pour atteindre une représentativité équitable entre femmes et hommes au niveau des instances de prise de décision dans les administrations.

http://www.libe.ma/Mohamed-Ben-Abdelkader-L-egalite-des-sexes-une-priorite-pour-la-reforme-de-l-administration_a87023.html

Partager cet article