Les propositions de l’USFP pour une réforme du système électoral saluées par la presse nationale

Les propositions de l’USFP pour une réforme du système électoral saluées par la presse nationale

L’USFP a présenté récemment son mémorandum sur la réforme du système électoral. La presse nationale y a consacré des articles dans lesquels elle a mis en évidence sa teneur et les propositions préconisées par la Parti de la Rose en vue d’organiser des élections plus transparentes et saines au Maroc.

Le Matin   
Selon notre confrère Le Matin, l’USFP  a élaboré un mémorandum relatif à «la réforme du système électoral» contenant 44 propositions déclinées à travers dix axes. Beaucoup de ces propositions coïncident avec celles présentées par les partis de l’opposition et, dans une moindre mesure, avec celles des partis de la majorité.
A travers ce document, le parti socialiste dirigé par Driss Lachguar, considère que les opérations électorales (législatives, régionales, communales et les élections professionnelles) représentent une phase cruciale pour l’émergence d’institutions représentatives à même de gérer la chose publique sur le plan national, régional et local. L’USFP appelle à «dépasser les dysfonctionnements qui ont entaché les différentes phases, notamment ceux enregistrés lors des échéances électorales communales de 2015 et législatives de 2016», est-il souligné dans la note du parti. Ce dernier exige des réformes substantielles allant dans le sens d’une rupture avec toutes les formes précédentes de prévarication, «étant donné que la conjoncture actuelle ne supporte plus aucun retard supplémentaire».

Assabah
La philosophie du rajeunissement caractérise le mémorandum de l’USFP concernant la réforme du système électoral. En effet, l’USFP a proposé que l’inscription sur les listes électorales soit automatique pour tous les jeunes qui atteindront l’âge de 18 ans en 2021.
Le Parti de la Rose a défendu l’idée d’élargissement de la représentation des femmes et des jeunes en adoptant des mécanismes appropriés pour la mise en place des listes régionales en fonction du nombre d’électeurs dans chaque région, avec une augmentation de 30 sièges pour les femmes de moins de 40 ans et l’adoption de listes égales parmi les femmes et les jeunes de manière ordonnée, ainsi que la généralisation de la liste complémentaire à l’ensemble de la commune au lieu de la concentrer dans l’une des circonscriptions électorales, tout en demandant à mettre fin au cumul des responsabilités représentatives.
Dans son mémorandum, l’USFP a réitéré sa demande de tenir les élections communales, régionales et législatives durant une seule journée et le calcul du coefficient électoral sur la base des voix exprimées au cours de l’opération électorale, y compris les voix annulées.

Le360 
Le portail «Le360.ma» a considéré dans un article écrit récemment que l’USFP plaide pour la rupture avec les mauvaises pratiques du passé, telles que la corruption, l’achat des voix et l’économie de rente. «Nous voulons rétablir la confiance des citoyens, des jeunes envers leurs institutions, mettre fin à la désaffection et augmenter le taux de participation», a souligné le Premier secrétaire de l’USFP dans une déclaration à Le360. Et d’ajouter que «l’USFP a une préférence pour le système uninominal, car il assure une proximité avec les électeurs et élit les candidats selon leurs compétences».
Selon le dirigeant socialiste, si « le mode de scrutin proportionnel de liste actuel est maintenu, il est impératif d’entourer les scrutins de 2021 (municipales, législatives, régionales et des représentations professionnelles) d’un climat de transparence, de crédibilité et de neutralité ».

Hespress
Pour nos confères de Hespress, l’USFP défend dans son mémorandum sur la réforme du système électoral, l’idée de permettre aux étrangers installés au Maroc de prendre part aux élections, notamment les élections locales. Ainsi, l’USFP demande la suppression des dispositions interdisant aux étrangers de voter et de se présenter aux élections locales selon le principe de réciprocité.
Dans une déclaration à Hespress, le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a souligné que la communauté marocaine en Espagne peut participer aux élections locales même sans avoir la nationalité espagnole, mais uniquement en prouvant la résidence en Espagne pendant plus de cinq ans.
Il a ajouté que « l’application de cette disposition est tributaire du principe de la réciprocité, ce qui signifie qu’elle peut être appliquée au Maroc au profit des Espagnols résidant dans notre pays, ce qui profitera à la communauté marocaine en Espagne ». Et de préciser que l’adoption d’une telle disposition par le Maroc «ouvrira des horizons à la communauté marocaine à l’étranger pour qu’elle puisse accéder aux postes de décision dans les pays de sa résidence et influencer les relations entre le pays d’origine et celui d’accueil ».

Hachtag.ma 
Le portail Hachtag.ma a mis l’accent dans un article consacré au mémorandum de l’USFP sur la proposition relative à l’introduction dans la loi d’une disposition visant à garantir l’impartialité des mosquées, des institutions religieuses et des préposés religieux à travers la transformation de la circulaire du ministère des Habous et des Affaires islamiques, relative à l’impartialité des mosquées et des préposés religieux lors des élections législatives, émise le 26 juillet 2016, en un arrêté du ministre ou un décret du chef du gouvernement.
Selon le même portail, l’USFP a appelé à la révision du décret relatif à l’exploitation par les partis politiques des salles publiques relevant de l’Etat, afin que l’autorisation d’exploitation soit entre les mains de l’autorité locale uniquement, et ce même pour ce qui est des salles dépendantes des collectivités territoriales.

Chouf TV
Selon cette chaîne, l’USFP a présenté son mémorandum sur la réforme du système électoral et l’a soumis au ministère de l’Intérieur, en attendant la tenue de réunions de concertation avec les secrétaires généraux des partis politiques, en vue de parvenir à un consensus sur ce sujet.
Pour «Chouf TV», le mémorandum de l’USFP propose des amendements concernant les listes électorales, la présentation des candidatures, la période de la campagne électorale, en plus du processus de vote et les sanctions à infliger aux contrevenants, ainsi qu’une question fort importante, à savoir celle du découpage électoral.

Goud.ma
Le portail Goud.ma a détaillé dans un article publié récemment les principales propositions préconisées par l’USFP dans son mémorandum sur la réforme du système électoral.
Selon Goud.ma, l’USFP a appelé notamment en ce qui concerne les opérations de vote à :
° Faire du mercredi un jour de suffrage.
° Le déroulement le même jour des élections communales, régionales et législatives.
° Le calcul du coefficient électoral sur la base des voix exprimées au cours de l’opération électorale, y compris les voix annulées.
° L’élargissement du mode de scrutin uninominal concernant les collectivités territoriales dont le nombre d’habitants est de l’ordre de 70.000.
° L’obligation de réduire le nombre des bureaux de vote dans les villes, et ce en fixant un taux ne devant pas être au-dessous de 1000 électeurs pour chaque bureau de vote, tout en exonérant les campagnes de cette disposition.
° Ne plus donner la possibilité aux fonctionnaires des collectivités locales d’être désignés aux postes de présidents de bureaux de vote. Par contre, il faut retenir pour cette tâche les retraités de la fonction publique.

 

H T

Partager cet article