Mohamed Benabdelkader : Le CAFRAD doit adopter une nouvelle stratégie

Mohamed Benabdelkader : Le CAFRAD doit adopter une nouvelle stratégie

Une plateforme et un instrument privilégié de coopération régionale panafricaine

Le Centre africain de formation et de recherche administratives pour le développement (CAFRAD) est appelé à jouer un «rôle important» dans la redynamisation des structures de l’administration publique du continent et l’affirmation de son identité économique et sociale, a affirmé, lundi à Fès, le ministre délégué chargé de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique, Mohamed Benabdelkader. 
«Pour parvenir à ces résultats et répondre aux besoins pressants des pays africains en matière de bonne gouvernance et de renforcement des capacités institutionnelles, le CAFRAD doit adopter une nouvelle stratégie pour sa redynamisation», a-t-il souligné en présidant lundi les travaux de la 57ème session du Conseil d’administration du Centre. Et d’ajouter que «cette dynamique que nous entendons tous imprimer au Centre, dans un contexte qui connaît des changements politiques, économiques et sociaux importants, interpelle de notre part un effort de conception et d’analyse considérable», notant que l’objectif étant de permettre au CAFRAD de demeurer un point d’attache, une plateforme et un instrument privilégié de coopération régionale panafricaine capable d’aider les pays africains à renforcer leurs capacités institutionnelles et à moderniser les services publics. 
Cette redynamisation, a-t-il dit, permettra, sans aucun doute, la consolidation des acquis du Centre, le renforcement de ses capacités et la promotion d’activités génératrices des ressources, tout en répondant aux besoins des pays membres, notant qu’elle permettra aussi à l’institution de jouer pleinement le rôle de catalyseur de développement économique et social en Afrique, à travers l’adoption d’une stratégie fondée sur une nouvelle vision. 
Mettant l’accent sur la mission de formation, d’expertise et de recherche pour le développement du Centre, le ministre délégué a souligné l’impérieuse nécessité pour le CAFRAD de s’adapter à l’évolution de l’environnement africain et international, rappelant que la nouvelle stratégie du Centre, présentée lors de la réunion du comité exécutif extraordinaire à Rabat le 31 janvier 2018, a mis l’accent sur la nécessité de développement des capacités du CAFRAD dans le domaine de la formation, de la recherche et de l’expertise en administration publique en Afrique. 
Il a aussi fait observer que le CAFRAD, dans ses nouvelles missions, est appelé à conduire des recherches et des études visant à améliorer la performance des services publics et des institutions de l’Etat, servir de conseil et de consultation dans la mise en œuvre du programme de formation et de perfectionnement, de réforme et de modernisation, de recherche et d’études sur les défis de l’administration publique et de la gouvernance et développer la formation et le perfectionnement à l’intention de hauts-cadres des administrations et des institutions de l’Etat. 
Mohamed Benabdelkader a jugé dans ce cadre «nécessaire et primordial» de mettre en œuvre cette nouvelle stratégie, afin de répondre favorablement aux besoins actuels de développement de notre continent, notamment en matière de réforme et de modernisation de l’administration publique. 
Le Maroc s’est engagé, depuis son indépendance, sur la voie du raffermissement de ses relations historiques, culturelles et de coopération avec les pays africains, a-t-il rappelé, notant que la coopération Sud-Sud a été traduite par les actions de S.M le Roi Mohammed VI, depuis son intronisation, pour plaider une solidarité agissante en faveur de l’Afrique. 
«Cette relation, qui constitue un véritable modèle de coopération Sud-Sud, est si précieuse qu’elle gagnerait à être approfondie et ouverte sur de nouvelles possibilités et des formes plus prometteuses d’action commune», a-t-il ajouté. 
Le ministre délégué a souligné que «le partage des expériences et de l’expertise en matière de bonne gouvernance et de réforme de l’administration publique, a toujours été une valeur importante dans les relations de coopération du Maroc avec son espace africain», rappelant que le Maroc a entrepris plusieurs initiatives afin de consolider les liens de partenariat entre les pays africains et de renforcer la coopération Sud-Sud, notamment en matière de formation et d’appui aux compétences des hauts cadres de l’Etat. 
Cette session du Conseil d’administration du CAFRAD, qui s’est déroulée en présence de nombreuses délégations africaines, a porté sur l’examen de plusieurs points, dont l’adoption de l’ordre du jour et du rapport de la 56ème session du CA, l’examen du rapport des activités du CAFRAD de juillet 2018 à juin 2019 et le programme du travail de juillet 2019 à juin 2020, outre la sélection des candidatures du Prix panafricain de service public 2019.

Partager cet article