Le nouveau gouvernement a enfin vu le jour

Le nouveau gouvernement a enfin vu le jour

Abdelkrim Benatiq, membre du bureau politique de l’USFP: ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration

Mohamed Ben Abdelkader, membre du secrétariat des relations extérieures de l’USFP: ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique

Rkia Derham, membre du bureau politique de l’USFP: secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, chargée du commerce extérieur

http://www.libe.ma/Le-nouveau-gouvernement-a-enfin-vu-le-jour-Un-Executif-a-39-portefeuilles_a85165.html

Le nouveau gouvernement conduit par Saad Eddine El Othmani, nommé mercredi par S.M le Roi Mohammed VI, se caractérise par une structure harmonieuse et une forte présence féminine.
Le nouveau gouvernement, fruit d’une coalition entre six partis politiques contre quatre dans l’ancien Exécutif, comprend 39 membres dont 20 ministres, 6 ministres délégués et 13 secrétaires d’Etat.
Au niveau de l’architecture gouvernementale, le nouveau gouvernement est marqué par le regroupement de secteurs disposant de critères de complémentarité en vue de garantir davantage d’efficience en matière de gestion gouvernementale.
Cette donne s’illustre à travers le regroupement des secteurs de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts dans un seul ministère confié à Aziz Akhannouch, ceux du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, occupé par Mohamed Sajid ainsi que ceux de la famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social, qui relèvent de Bassima El Hakkaoui, outre le rattachement du ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, un poste confié à Abdelkrim Benatiq.
Le nouveau gouvernement a été marqué aussi par le regroupement des secteurs de la culture et de la communication dans un seul ministère, ce qui constitue un retour à la formule adoptée par le gouvernement d’Abderrahmane El Youssoufi. C’est le cas aussi du ministère chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile qui se voit attribuer aussi la mission de porte-parole du gouvernement dont Mustapha El Khalfi a la charge.
S’agissant de la présence féminine, les neuf portefeuilles occupés par les femmes qui représentent environ 25% de l’actuel gouvernement ont été confiés à Bassima El Hakkaoui, ministre de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social, Mbarka Bouaida, secrétaire d’Etat, chargée de la Pêche maritime, qui occupait dans l’ancien gouvernement le poste de ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération.
Il s’agit aussi de Charafat Yadri Afilal qui a été reconduite en tant que Secrétaire d’Etat, chargée de l’eau, de Jamila El Moussali, Secrétaire d’Etat, chargée de l’artisanat et de l’économie sociale, qui était ministre déléguée auprès du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres dans l’ancien gouvernement.
La nouvelle équipe gouvernementale connaît aussi l’entrée de femmes qui occupent pour la première fois un poste ministériel. Il s’agit de Mounia Boucetta, Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Fatna Lkhiyel, Secrétaire d’Etat, chargée de l’habitat, Rkia Derham, Secrétaire d’Etat, chargée du commerce extérieur, Lamia Boutaleb, Secrétaire d’Etat, chargée du tourisme et Nezha El Ouafi, Secrétaire d’Etat, chargée du développement durable.
La composition du gouvernement a connu, par ailleurs, un saut qualitatif dans la mesure où il a été procédé à la création d’un ministère d’Etat chargé des droits de l’Homme confié à Mustapha Ramid qui était ministre de la Justice et des Libertés, dans l’ancien gouvernement.
M. Ramid a cédé le portefeuille de la justice à Mohamed Aujjar qui avait occupé le poste de ministre des droits de l’Homme dans le gouvernement El Youssoufi, (1998-2002). Il a jusqu’ici été ambassadeur représentant permanent du Royaume auprès de l’ONU à Genève.
L’actuel gouvernement qui a vu le jour après des tractations de plusieurs mois et la nomination d’un nouveau chef de gouvernement, a été marqué par la reconduction de 19 ministres et la permutation des portefeuilles entre Abdelkader Amara et Aziz Rebbah devenus respectivement ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, et ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable.
La composition du nouveau gouvernement comprend de nouveau des ministres sans appartenance politique en l’occurrence ceux de l’Intérieur (deux portefeuilles), des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (2 portefeuilles), des Habous et des Affaires islamiques ainsi que le Secrétariat général du gouvernement et le ministère délégué chargé de l’Administration de la Défense nationale.

Les nouveaux visages du gouvernement

Treize nouveaux visages, dont une majorité de femmes, ont fait leur entrée au nouveau gouvernement, nommé par SM le Roi Mohammed VI, mercredi à Rabat.
Il s’agit d’abord du nouveau ministre de l’Intérieur, M. Abdelouafi Laftit, qui a assumé plusieurs postes de responsabilité. En 2003, il a été gouverneur de la province Fahs-Anjra, avant d’être nommé, en octobre 2006, gouverneur de la province de Nador, poste qu’il a occupé jusqu’à sa nomination en mars 2010, président directeur général de la Société d’aménagement pour la reconversion de la zone portuaire de Tanger ville.
Le 24 janvier 2014, le Souverain lui a renouvelé Sa confiance en le nommant wali de la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, gouverneur de la préfecture de Rabat.
Il sera secondé par M. Noureddine Boutayeb, qui occupait le poste de secrétaire général du ministère de l’Intérieur, avant d’être nommé ministre délégué à l’Intérieur en remplacement de Cherki Draiss.
Le secrétariat général du gouvernement sera assumé désormais par une nouvelle personnalité, en l’occurrence Mohamed El Hajoui, ancien secrétaire général de la Primature.
L’autre nouveau venu au gouvernement est le député haraki Mohamed Laaraj qui hérite du ministère de la Culture et de la Communication.
Mohamed Ben Abdelkader, membre du secrétariat des relations extérieures de l’USFP, a été nommé ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique.
Mounia Boucetta, directrice générale d’une filiale de la Caisse de dépôts et de gestion (CDG) et ancienne secrétaire générale du ministère du Commerce et de l’Industrie, est devenue, quant à elle, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.
Au poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, chargé du développement rural et des eaux et forêts, arrive un nouveau visage en la personne de Hammou Ouhelli, président de la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges.
Né en 1953 dans la commune de Oued Ifrane, à une quinzaine de kilomètres d’Azrou, M.Ouhelli est lauréat de l’Institut agricole et vétérinaire (IAV).
De son côté, Fatna Lkhiyel, nommée secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, chargée de l’habitat, est députée du Mouvement populaire (MP), siégeant dans la Commission des secteurs sociaux.
Khalid Samadi, membre du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS), et conseiller auprès de l’ancien chef du gouvernement en matière d’enseignement, de formation et de recherche scientifique, a été, quant à lui, nommé au poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.
Le poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, chargée du commerce extérieur, a été confié à la députée de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), Rokia Derham.
Un sang nouveau a été insufflé au département du Tourisme, avec la nomination de Lamia Boutaleb au poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, chargée du tourisme.
Diplômée de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales (HEC) de Lausanne et d’un MBA de la Wharton School of Business de l’Université de Pennsylvanie, Mme Boutaleb est également présidente de l’Association des sociétés de gestion et fonds d’investissement marocains (ASFIM).
Une jeune figure fait son entrée au gouvernement. Il s’agit de Othman El Ferdaous, auditeur du cycle des hautes études européennes à l’Ecole nationale d’administration (ENA), qui a été nommé secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, chargé de l’investissement.
Enfin, la députée du Parti de la Justice et du Développement (PJD), siégeant dans la Commission des affaires étrangères, des affaires islamiques et des Marocains résidant à l’étranger, Nezha El Ouafi, a été nommée secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable, chargée du développement durable.

Les 19 ministres qui rempilent

Le nouveau gouvernement, nommé mercredi par SM le Roi Mohammed VI, comprend dix-neuf membres qui figuraient déjà dans l’équipe menée par Abdelillah Benkirane, dont certains ont hérité des mêmes départements, d’autres ont vu leurs prérogatives élargies, alors que certains ont changé de portefeuille.
Sur les 19 ministres, six ont été reconduits dans les mêmes départements. Il s’agit de MM. Ahmed Taoufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques, Mohamed Boussaid, ministre de l’Economie et des Finances, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, Mohamed Louardi, ministre de la Santé, Abdellatif Loudiyi, ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l’Administration et de la Défense nationale et Mme Charafat El Yadri Afilal, Secrétaire d’Etat chargée de l’eau.
Trois sont restés dans les même sphères avec davantage de prérogatives. Il s’agit de M. Aziz Akhannouch qui, outre l’agriculture et la pêche maritime, s’est vu confier les départements du développement rural et des eaux et forêts, M. Nabil Benabdellah, qui s’occupera aussi de l’aménagement du territoire aux côtés de ses anciennes prérogatives (urbanisme, habitat et politique de la ville) et Mme Bassima El Hakkaoui, qui aura la nouvelle tâche de s’occuper du dossier de l’égalité.
Deux ministres ont permuté de départements. Il s’agit de Abdelkader Amara et Aziz Rabbah: le premier hérite du département de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, alors que le second s’est vu confier le portefeuille de l’énegie, des mines et du développement durable.
Les autres ministres ont été promus ou ont changé complètement de portefeuilles. Il s’agit de M. Mustapha Ramid, ancien ministre de la Justice, qui a été promu ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme, Nasser Bourita, ancien ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération, qui a hérité du département des affaires étrangères et de la coopération internationale, Mustapha El Khalfi, qui garde toujours sa casquette de porte-parole de gouvernement et passe au département des relations avec le Parlement et la société civile.
Il s’agit aussi de Mohamed Hassad, qui passe du département de l’intérieur à celui de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Lahcen Daoudi qui a hérité du département des affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Najib Boulif, qui se chargera toujours du transport avec toutefois la casquette de Secrétaire d’Etat au lieu de celle de ministre délégué dans l’ancien Exécutif et Mme M’barka Bouaida, ancienne ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, qui change complètement de cap vers la pêche maritime.

Partager cet article