Rencontre entre le président de la Chambre des représentants et les ambassadeurs des pays islamiques accrédités à Rabat

Rencontre entre le président de la Chambre des représentants et les ambassadeurs des pays islamiques accrédités à Rabat

Habib El Malki : La proclamation d’une Journée internationale de lutte contre l’islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine

L’initiative visant la proclamation d’une Journée mondiale de lutte contre l’islamophobie permettra de renouveler la mobilisation afin de déconstruire les discours de la haire et leur faire échec, a affirmé mercredi le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki.
Lors d’une rencontre avec les ambassadeurs des pays islamiques à Rabat, il a souligné que cette initiative se propose d’œuvrer, à partir de l’ONU et ses agences, particulièrement l’Unesco, en vue de décréter cette Journée internationale destinée entre autres à encourager le dialogue des civilisations et la tolérance.
«Ce serait l’occasion pour la communauté internationale d’appeler à la tolérance et à la coexistence, de mettre en évidence la modération de la religion islamique, et de rejeter les discours liés à l’Islam et aux musulmans, lesquels puisent leurs fondements dans l’islamophobie et la peur d’autrui», a-t-il ajouté.
Il a à cet égard relevé que cette initiative à laquelle les Parlements islamiques ont pleinement adhéré par le biais de l’Union parlementaire des Etats membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), offrirait si elle devait être entérinée l’occasion de promouvoir notre mobilisation commune.
«Une telle mobilisation est essentielle pour que nous puissions nous adresser à nos amis et nos alliés, à travers des forums parlementaires ou autres, ainsi à toutes les forces et personnalités éprises des valeurs d’équité, d’ouverture, de tolérance, de paix et du désir de promouvoir le dialogue interculturel», a poursuivi Habib El Malki, également président de l’Union parlementaire des États membres de l’OCI.
Il a à cet égard mis l’accent sur l’importance d’œuvrer sans relâche en vue de corriger les fausses représentations concernant l’islam et les musulmans, qu’elles aient trait à la religion, à la civilisation ou à l’histoire islamique.
Il s’agit là, selon lui, d’un défi stratégique, pas seulement pour les pays musulmans, mais également pour l’ensemble de la communauté internationale. «Nous sommes appelés à inverser les tendances fondées sur la haine, l’hostilité et la confrontation, et à promouvoir un esprit de tolérance, de coopération, de coexistence et de respect des religions, des cultures et des valeurs d’autrui», a-t-il soutenu.
Le président de la Chambre des représentants a rappelé que l’initiative fait partie d’un certain nombre de mesures, dont entre autres le lancement du Prix Al-Qods pour la démocratie et la justice historique, compte tenu de l’importance de la cause palestinienne pour les peuples musulmans.
Ce prix reflète aussi une volonté de susciter un nouvel intérêt de la part de la communauté internationale pour la cause palestinienne, dans un contexte régional et international où cette question a fini par souffrir d’un manque de visibilité.
Il s’agit également de rappeler au monde entier, en particulier aux assemblées parlementaires, les droits inaliénables du peuple palestinien et de mettre en exergue la justesse de la cause palestinienne et la légitimité de la lutte des Palestiniens vivant sous occupation
Pour sa part, le directeur général de l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO), Salem Ben Mohamed Al Malek, a indiqué que le phénomène de l’islamophobie représente une menace pour la paix et la stabilité mondiales.
«Ceux qui font preuve d’hostilité envers l’Islam sont avant tout des adversaires de la paix et des droits de l’Homme, tout comme ils sont à contre-courant du consensus international sur les valeurs universelles et contre tout dialogue des cultures et toute alliance entre les civilisations», a-t-il dit.
Tout en se félicitant de la proposition visant la proclamation d’une Journée internationale de lutte contre l’islamophobie, le directeur général de l’ISESCO a affirmé que les initiatives destinées à combattre un tel phénomène méritent d’être soutenues par la communauté internationale

Partager cet article