Conformément aux dispositions de l’article 68 de la Constitution, une session conjointe des deux Chambres du Parlement consacrée à l’écoute de la présentation du projet de loi de Finances  2018 a été tenue mardi dernier.
A l’entame de celle-ci, le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, a mis en avant le fait que ce projet de loi intervient deux ans et demi après l’adoption de la Loi organique des finances et s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de ses dispositions. Lesquelles, a-t-il soutenu, permettront aux parlementaires de prendre part de manière effective à la prise de décision dans le domaine des finances, que ce soit durant la phase de la préparation du PLF ou celle de sa discussion ou de sa mise en application.
Habib El Malki a également affirmé que cette Loi organique a consacré un nouveau concept basé sur la logique de résultats.
Il a, par ailleurs, souligné que l’une des réformes qui vont être introduites en 2018 concerne l’adoption du programme qui va servir  de cadre à l’ensemble des projets que chaque département ministériel entend réaliser. Ce programme devra être accompagné  de plusieurs indicateurs permettant de mesurer les résultats obtenus, ce qui conférera à la gestion de la chose publique  davantage d’efficacité et permettra la reddition des comptes et l’évaluation des politiques publiques.

Visitors comments ( 0 )

Laisser un commentaire

Sujets relatifs

Jawad Chafik : Le Congrès est seul habilité à décider de la ligne, de l’ organisation et du leader du parti

Mohamed Ben Abdelkader : L’USFP déterminé à aller de l’ avant en assumant encore et toujours son identité moderniste

Khadouj Slassi : Au cours de ses 100 premiers jours d’activité, le gouvernement a pris des décisions unilatérales et inattendues qui ont ébranlé la confiance des citoyens

A travers tout le pays, les Ittihadis préparent sereinement leur 11ème Congrès