Les divagations de « L’Express » et du « Guardian  » sont indignes et sans fondement

L’ USFP réitère sa revendication de mettre à jour l’entière vérité sur l’affaire de l’enlèvement et l’assassinat du martyr Mehdi Benbarka et exige de la France de lever le secret sur ce dossier.
Le journal «The Guardian» a publié certaines prétendues informations ayant trait à des relations «confuses» entre le martyr Mehdi Benbarka et les services de renseignements de différents pays dont la majorité faisait partie de l’ancien bloc de l’Est, particulièrement ceux de l’ex-République tchécoslovaque.
Ces voix, aux motivations contradictoires, ont exploité ces allégations infondées pour envenimer et attaquer d’une manière maladive le martyr, sa famille son parti et l’ensemble du courant progressiste.
A la lecture de ladite publication du « Guardian », aucun fait nouveau n’a été relevé mais nous avons constaté que ce n’est qu’une reprise de ce qu’avait diffusé le média français «L’Express» en 2006, parallèlement à l’annonce par le Conseil consultatif des droits de l’Homme (précédemment) de l’ouverture du dossier du martyr Mehdi Benbarka en application des recommandations de l’Instance de l’équité et de la réconciliation.
Il convient de signaler que ce qu’a été publié par «L’Express» à l’époque et repris par le «Guardian» avait fait auparavant l’objet de tentatives de l’instance judiciaire en charge dudit dossier en France, qui, à l’issue d’un examen minutieux de près de 1500 documents des archives des services de renseignements tchécoslovaques, avait conclu à l’absence de conviction quant à l’enrôlement du martyr à leur service de même que la juridiction en question n’a retrouvé aucune trace d’un quelconque enregistrement ou d’une correspondance signée pouvant étayer la prétendue implication. Cela a conduit cette instance judiciaire à rejeter toutes ces prétentions les estimant « non sérieuses et totalement infructueuses », or bien que les pistes d’accusation aient été orientées vers l’implication de composantes des services secrets français dans le kidnapping du martyr Mehdi Benbarka, la juridiction n’a relevé aucune valeur ajoutée desdites publications justifiant de s’y référer.
Aucun responsable de services secrets de l’époque des faits n’a, depuis lors fait de sortie appuyant ces allégations bien que les acteurs du domaine des renseignements ne soient plus tenus par l’obligation de réserve, notamment ceux des pays de l’Europe de l’Est qui se sont disloqués après la chute du mur de Berlin, obligation par ailleurs toujours en vigueur pour les anciens agents d’Etats existant toujours, considérés à cet effet comme de véritables mines d’informations journalistiques et historiques.
Les rapports, au grand jour, entre le martyr Mehdi Benbarka et les leaders des pays et mouvements de libération internationaux, sont beaucoup plus grands que « l’avilissement » contenu dans les publications de « L’Express » et du « Guardian ». Par ailleurs, si son ambition était l’accès au pouvoir, au prestige, à l’argent et à l’influence, il aurait aisément récolté des gains dépassant, de loin, tout ce que lui aurait rapporté la prétendue implication et ce sans aucun risque …
Bien au contraire, c’était un homme de principes, un leader tiers-mondiste qui aspirait à la libération des peuples, l’édification de sociétés libres, développées, socialement justes et capables de faire face à toutes les formes de colonialismes, manifestes, soient-elles ou déguisées.
Là-dessus, bien que le rapport inacceptable du «Guardian», se soit réservé en s’abstenant de qualifier d’espion le martyr Benbarka, optant plutôt pour le statut de partie de communication secrète qui désigne en fait touts les personnalités contactées pour échanger les visions et bien qu’il n’ait été fait aucune allusion aux prétendus rôles joués par le martyr contre les intérêts et le régime du Maroc, les mauvaises langues n’ont pas hésité, vainement, bien entendu, de reproduire de ce que répétait le sanguinaire Oufkir à son sujet.
Nous, à l’Union socialiste des forces populaires, nous réitérons notre fierté du martyr Mehdi Benbarka, leader nationaliste, tiers-mondiste et international de même que ladite publication intervient pour nous inciter à saisir cette occasion pour réitérer notre revendication à l’égard du gouvernement français de lever le secret total sur tout ce qui se rapporte à ce dossier et réclamer également au gouvernement marocain de positivement interagir avec toutes les demandes de la justice française y afférentes.

Visitors comments ( 0 )

Laisser un commentaire

Sujets relatifs

Jawad Chafik : Le Congrès est seul habilité à décider de la ligne, de l’ organisation et du leader du parti

Mohamed Ben Abdelkader : L’USFP déterminé à aller de l’ avant en assumant encore et toujours son identité moderniste

Khadouj Slassi : Au cours de ses 100 premiers jours d’activité, le gouvernement a pris des décisions unilatérales et inattendues qui ont ébranlé la confiance des citoyens

A travers tout le pays, les Ittihadis préparent sereinement leur 11ème Congrès