Dans le cadre du processus de préparation du 11ème Congrès de l’Union socialiste des forces populaires, l’organisation socialiste des femmes ittihadies a tenu son Conseil national, samedi 4 décembre au siège central du parti à Rabat.

Cette rencontre, organisé simultanément en présentiel et à distance, a été marquée par le mot du Premier secrétaire du parti, Driss Lachguar, dont a donné lecture, en son nom, Fatiha Sdass, membre du Bureau politique. Le Premier secrétaire a commencé par rendre hommage à l’ensemble des femmes élues au sein des différentes institutions nationales, régionales et locales tout en mettant l’accent sur leur participation fructueuse à l’action communale, parlementaire et gouvernementale et sur leur contribution effective en vue de la concrétisation du projet sociétal qui aspire à mettre notre pays sur la voie de la construction au profit de notre patrie avec toutes ses générations montantes.

Là-dessus, le Premier secrétaire a souhaité la bienvenue aux nouvelles adhérentes « qui renforcent les rangs de notre parti dans le cadre de l’initiative de l’ouverture », mettant en exergue la participation effective des militantes du parti, aussi bien en tant que candidates qu’en tant que contributrices à la mobilisation à l’effet des diverses échéances électorales qui a dénoté de capacités et compétences considérables.

Par ailleurs, Driss Lachguar a exprimé sa satisfaction au sujet des réalisations des femmes en matière des droits et acquis, fruits de leur militantisme, leur conscience et leur ténacité mais aussi grâce aux efforts déployés par tous ceux qui ont remporté la bataille de l’émergence des valeurs de modernité, de démocratie, de rationalisme et de libération.

Il s’est focalisé, à cet égard, particulièrement sur le rehaussement de la représentativité féminine au niveau des différentes institutions élues à l’échelon local, national et professionnel et sur l’adoption des listes régionales des femmes.

« Tout cela suppose la poursuite du militantisme politique et législatif afin de faire de l’acquis de la règle du tiers à l’horizon de la parité, une règle juridique s’appliquant à toutes les instances élues et à l’ensemble des formations politiques, civiles et syndicales ainsi d’autres organisations et institutions économiques, sociales et culturelles », a souligné le Premier secrétaire, en affirmant par ailleurs que l’USFP, du fait de son identité socialiste et de ses orientations modernistes, a, depuis le Congrès extraordinaire de 1975, été précurseur quant à la question de la femme en lui accordant la posture convenable au sein des structures du parti de même qu’il a œuvré, à cet effet, à instaurer les mécanismes nécessaires favorables à intégrer les compétences féminines dans les positions décisionnelles…

« Notre parti, a ajouté Driss Lachguar, a livré tout au long de sa marche militante, de fortes illustrations de sa réelle, sérieuse et objective adhésion à la bataille pour rendre justice aux femmes marocaines et réalisé la parité et aller de l’avant en matière d’amélioration de l’arsenal législatif les valorisant et de mise en valeur de leur place dans à la fois la société et l’Etat ».

D’autre part, l’allocution du Premier secrétaire a réitéré la nécessité de poursuivre ladite bataille car il s’agit en fait « d’une bataille de culture, de pratique intellectuelle, sociale, législative continue, faisant face aux forces du conservatisme et de la fermeture ».

En outre, Lachguar a souligné que gagner le défi de la modernité, du progrès et de la libération suppose une lecture critique objective de notre expérience féminine et de notre pratique organisationnelle depuis le Congrès national des femmes de janvier 2014 (…)

Khadouj Slassi
Notre parti est parvenu, au terme des échéances du 8 septembre 2021 à améliorer son positionnement électoral du fait des gros efforts déployés par la direction de notre parti et de nos structures locales et provinciales

La membre du Bureau politique Fatiha Sdass, dans sa lecture de l’allocution du Premier secrétaire, a précisé qu’il est nécessaire de dépasser les dysfonctionnements passés par un esprit de solidarité, de cohésion et de dynamisme à travers la mise en œuvre d’une stratégie adaptée à « notre identité en tant que femmes ittihadies à l’avant-garde d’un projet sociétal, démocratique et moderniste et s’articulant notamment autour d’une réelle activation de la politique de proximité comme principal instrument d’enracinement au milieu des femmes et à travers elles au sein de la société, et ce par le biais de l’ouverture sur de larges couches de femmes et l’interaction avec leurs préoccupations quotidiennes et la contribution à la recherche de solutions opportunes pouvant atteindre la concrétisation du modèle organisationnel qui convient à notre parti et aux mutations de notre société. »

Par ailleurs, l’allocution du Premier secrétaire a mis l’accent sur le fait que les travaux de la session du Conseil national des femmes ittihadies se doivent « de se distinguer de par leurs résultats dont nous aspirons à la profondeur, l’objectivité et la conformité aux contextes national et international et aux attentes des Ittihadis, ce qui nous assigne de lourdes responsabilités, par ailleurs interdépendantes de celles ayant trait au modèle organisationnel que nous voulons et à la nouvelle société pour laquelle nous militons ».

Driss Lachguar rappelle, là-dessus, que notre pays est confronté à des défis délicats allant de l’éducation, la santé et l’emploi jusqu’aux exigences économiques et aux mutations culturelles et sociales… « Cela nécessite, a-t-il clamé, un élan qualitatif vers la nouvelle société que nous voulons, société de la modernité, de l’égalité, du progrès et de la prospérité ».

Sdass, a souligné en outre, au nom du Premier secrétaire que le Conseil national des femmes ittihadies apportera des réponses pertinentes, et présentera des visions nouvelles concernant les affaires et missions en question. » Ce qui confère une importance plus grande à cette session, c’est qu’elle coïncide avec les préparatifs de notre 11ème Congrès national,  a-t-elle affirmé.

Le Premier secrétaire conclut son allocution en indiquant que les questions abordées lors de cette rencontre de même que les analyses et observations qui y seront émises, constitueront une forte contribution aux conditions de réussite du prochain congrès.

Driss Lachguar a appelé également à la nécessité d’une adhésion consciente et responsable aux travaux préparatifs du Congrès en s’appuyant sur le courage et l’efficiente requis, la totale conscience de la communauté en plus de la conviction de tous les Ittihadis qu’il est impérieux d’adopter une nouvelle approche capable d’habiliter le parti et ses différentes structures territoriales, sectorielles, à même de l’élever au niveau des missions qui lui incombent et aux enjeux posés.

Pour sa part, la secrétaire nationale de l’Organisation socialiste des femmes ittihadies, Khadouj Esslassi, dans son allocution lors des assises du même Conseil national de ladite organisation, a souligné que contrairement au jugement de ceux qui ont proclamé la fin de l’USFP « notre parti est parvenu, au terme des échéances du 8 septembre 2021 à améliorer son positionnement électoral et à récupérer la place méritée du fait des gros efforts déployés par notre direction partisane et nos structures locales et provinciales de même que par l’ensemble des militantes et militants de l’USFP, tant au niveau de la gestion organisationnelle  qu’à celui de la préparation du programme électoral … ».

Elle a précisé, à cet égard, que les femmes ittihadies sont désormais tenues, en tant que militantes de mettre en valeur ces résultats, surtout après le recul qu’a connu le rayonnement du parti au milieu du contexte politique général, tout en faisant observer que la formation s’était heurtée à un grand affaiblissement des suites de sa participation au gouvernement dit d’alternance consensuelle de même que ce recul s’inscrit dans le contexte mondial de la déchéance des partis socialistes et démocratiques à travers le monde, notamment avec la recrudescence des courants droitiers et populistes.

Khadouj Esslassi a, par ailleurs, mis la lumière sur le choix du parti de se positionner dans l’opposition en toute conscience, vigilance et responsabilité alors qu’il était auparavant disposé et habilité à la participation au gouvernement. Or cela n’a pas eu lieu, faute d’une proposition sérieuse et à cause de la gestion antidémocratique des trois premiers partis et du partage numérique des différentes provinces et régions précédant la formation du gouvernement. Plus grave  encore, l’attachement acharné et aveugle de cette majorité tripartite au « principe » dit de la représentation proportionnelle en matière d’attitudes différenciées adoptées vis-à-vis de l’opposition et de la majorité, et ce en l’absence de toute logique de consensus en faveur de l’intérêt suprême des citoyennes et citoyens.

D’autre part, la secrétaire nationale de l’OSFI a indiqué que la tenue du Conseil national des femmes ittihadies, intervient dans le cadre du suivi de cette reprise que connaît le parti et de la dynamique progressive révélée à l’issue de la tenue du Conseil national à l’horizon de l’organisation du 11ème Congrès. Elle n’a pas manqué, ensuite de passer en revue les réalisations du secrétariat national consistant, entre autres, à la création de nombreux secrétariats provinciaux de l’Organisation (…)

Rachid Meftah

Visitors comments ( 0 )

Laisser un commentaire

Sujets relatifs

Une première au Maroc, BENABDELKADER ouvre les portes de son ministère aux journalistes

Les relations bilatérales louées par les présidents des Parlements régionaux belges – Vidéo

Le droit à un environnement sain fait partie intégrante des valeurs socialistes

Bonjour tout le monde !